Le Concours canadien de journalisme maintient le prix décerné dans la catégorie Économie après l’examen d’une plainte

TORONTO, le 26 mai 2021 – Le Concours canadien de journalisme a répondu à la demande qu’il a reçue de reconsidérer la remise du prix décerné cette année dans la catégorie Économie à la suite d’une plainte selon laquelle la candidature gagnante aurait utilisé le travail d’un autre journaliste sans le lui attribuer.

Un comité formé pour se prononcer sur la question a jugé que la plainte selon laquelle le Toronto Star aurait utilisé de l’information obtenue par une journaliste pigiste était sans fondement et que conséquemment le prix était maintenu.

e rapport décrit le cheminement qui a mené à cette décision.

Le 7 mai 2021, on a annoncé les gagnants des 22 catégories du concours de 2020. Kenyon Wallace, Marco Chown Oved, Ed Tubb et Brendan Kennedy du Toronto Star ont remporté les honneurs de la catégorie Économie pour leurs reportages démontrant que les taux de mortalité étaient plus élevés dans les résidences à but lucratif que dans les autres types de centres de soins de logue durée.

À la suite de cette annonce, plusieurs abonnés de Twitter ont envoyé des messages indiquant que les reportages des journalistes du Star utilisaient le travail de recherche accompli par une écrivain et activiste, Nora Loreto, sans le lui attribuer. Mme Loreto a fait un bon nombre de reportages sur les décès dus à la COVID-19 dans les centres de soins au cours des 15 derniers mois. Elle a établi une base de données et publié quotidiennement des données mises à jour sur son compte Twitter, @nolore.

En réponse à la victoire du Star et à certains des tweets exprimant des réserves, Mme Loreto a envoyé des tweets affirmant que le Star n’avait pas plagié son travail, tout en se disant inquiète du fait que l’important travail accompli par des journalistes pigistes est souvent ignoré alors que le travail similaire des grands organes de presse est récompensé.

Le 11 mai, le CCJ a reçu une plainte écrite de Jacqui Gingras, professeure associée en sociologie de l’Université Ryerson. La note de Mme Gingras indiquait que le Star avait sciemment utilisé les données colligées par Mme Loreto, sans en identifier la source. La plainte disait : «Le problème c’est que le travail d’une journaliste pigiste a été utilisé sans attribution et que subséquemment les auteurs de la publication ont obtenu un prix national pour le travail en question.»

Conformément à nos politiques et procédures établies pour traiter les plaintes et préoccupations concernant les candidatures, un comité comprenant deux gouverneurs du CCJ et un membre de la direction (aucun d’entre eux n’étant affilié à l’organisation ayant soumis la candidature) a été formé. Le comité comprenait Brent Jolly (représentant l’Association canadienne des journalistes au sein du conseil des gouverneurs), Doug Richardson (cadre de la société régissant le CCJ et trésorier de l’organisation) et Scott White (membre non désigné du conseil d’administration du CCJ).

Avant de se réunir pour juger de la question, le comité a reçu un rapport du directeur général du CCJ, Paul Woods. Ce rapport comprenait :

  • La plainte écrite
  • Un échantillonnage des commentaires des réseaux sociaux concernant le prix, dont quelques tweets de Mme Loreto
  • Les commentaires que M. Woods a obtenus directement de Mme Loreto au cours d’une discussion avec elle
  • Les commentaires que M. Woods a obtenus des représentants du Star (le vice-président à la rédaction Wayne Parrish; la directrice de la rédaction Anne Marie Owens; et le directeur des relations avec le public Bruce Campion-Smith) au cours d’une discussion avec eux
  • Une déclaration écrite du Star

Les représentations du Star et Mme Loreto ont fourni de l’information que le comité de révision a jugé utile pour ses délibérations.

Les représentants du Star ont été interrogés pour savoir quand les reporters du journal ont eu connaissance du travail que Mme Loreto effectuait au sujet des mortalités dues à la COVID-19 dans les centres de soins de longue durée et si ses reportages ou bases de données ont été utilisés de quelque manière, directement ou indirectement, dans le cadre du reportage que le Star avait soumis dans la catégorie Économie. Mme Loreto a été interrogée pour savoir si elle croyait qu’une quelconque partie du travail publiée par le Star et soumise en candidature s’appuyait sur ses propres bases de données et/ou reportages.

Sur la base de l’information qu’il a obtenue, le comité en est venu à la conclusion que même si le Star et Mme Loreto ont établi des bases de données sur les décès dans les centres de soins de longue durée, il n’y a pas de preuves que le Star a incorporé dans la sienne de l’information provenant de la base de données de Mme Loreto. Le comité a retenu la déclaration du Star selon laquelle le journal avait établi sa base de données indépendamment et sans consulter aucune des autres bases de données similaires qui avaient été établies  par d’autres individus et organes de presse au cours de l’année dernière, et que le travail sur sa base de données avait débuté avant que le Star ait pris connaissance de la base de données de Mme Loreto. Le comité a aussi retenu la déclaration du Star selon laquelle une partie du travail compris dans la candidature gagnante était basée sur des données compilées par le Star mais qui n’étaient pas comprises dans la base de données de Mme Loreto.

Le comité a aussi noté que Mme Loreto elle-même ne prétendait pas que le Star ait utilisé sa base de données dans aucun des articles qui faisaient partie de la candidature du journal dans la catégorie Économie.

Le comité a pris acte de l’expression de frustration de Mme Loreto à propos du fait que les personnes travaillant comme pigistes – et comme c’est le cas pour elle, publiant leurs reportages indépendamment – peuvent ne pas être en mesure de rivaliser dans un concours contre de grandes organisations. Le comité recommande que le conseil des gouverneurs du CCJ examine la question au cours de la révision annuelle des règles  et de l’admissibilité, particulièrement à la lumière de l’engagement du conseil de rendre le concours plus inclusif.

Pour plus d’information, communiquez avec :

 

Paul Woods
Directeur général
Concours canadien de journalisme
exec@nna-ccj.ca